presentationequipeabonnementboutiquepubcoteContact

Rechercher dans nos brèves :


Mise en ligne le 05/12/2018 10:52:32 Référence : 47602

Pas si propre que ça le véhicule électrique ?

Dans un article sur le site www.francetvinfo.fr, la rédaction titre « Pourquoi la voiture électrique pollue plus que ce que vous pensez », alors qu'il y a une semaine, François de Rugy et Elisabeth Borne, respectivement ministres de la Transition écologique et chargée des Transports, vantaient la mobilité électrique dans le cadre de la loi d'orientation sur les mobilités (LOM). Décryptage.

Tout d'abord, sa fabrication serait énergivore : « A la différence des véhicules thermiques, la majorité des impacts environnementaux d'un véhicule électrique interviennent lors de la phase de fabrication », confirme l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), dans un avis publié en 2016. Le point noir principal concerne la fabrication de la batterie des véhicules. Rappelons qu'elle contient en effet des métaux parfois rares, comme le néodyme ou le cobalt, ainsi que du graphite et du lithium, issus notamment de Chine, de République démocratique du Congo et d'Amérique du Sud, citant Guillaume Pitron, journaliste et auteur de La Guerre des métaux rares. L'extraction et le raffinage de ces métaux nécessitent l'emploi d'énormément d'eau et de produits chimiques. Deuxième volet : l'assemblage des batteries. Une étape qui nécessite également beaucoup d'énergie. Jean-Marie Tarascon, professeur au Collège de France et chercheur en stockage électrochimique de l'énergie explique que les matériaux sont préparés dans des fours à 400°C, ce qui engendre une consommation d'énergie relativement importante. Résultat, la fabrication d'un véhicule électrique consomme près du double d'énergie que celle d'un véhicule thermique, selon l'Ademe. Fort heureusement, en ce qui concerne les batteries, le recours aux alliages permet de diminuer énormément la quantité de cobalt. Quant à leur recyclage, qui fait l'objet de critiques recurrentes, FranceInfo cite Florence Lefebvre-Joud, directrice scientifique de l'Institut CEA-Liten, experte en hydrogène et pile à combustible, qui affirme que « l'on sait aussi très bien recycler ces batteries maintenant, mais il faut encore que les modèles économiques de ces procédés se mettent en place  ». - FG

 Reproduction autorisée avec mention Autocar-infos-et-bus.com

 Envoyer cette brève

  Commentaires

  Recevoir notre Newsletter

Van Hool EX 16 L
L’interurbain grande capacité
Dévoilé en première mondiale à Autocar Expo, le Van Hool EX 16 L est doté de 63 sièges + conducteur. Il s’agit d’un 13,26 m en ... +

Le Renault Tracer
Le car tel que les clients l’ont voulu
Quand on aime un produit, on voudrait le voir éternellement en rayon. Quarante ans après le lancement du Renault R4190, son descendant S53 est si ... +

Iveco Bus Daily Line Natural Power
Idéal pour les zones urbaines
Iveco Bus a présenté à Lyon son Daily gaz pour l’activité interurbaine. Il est aménagé en 19 sièges + conducteur avec possibilité d’accueillir ... +

Autocars longue distance - 2e partie
Fidélisation selon Isilines
Isilines, marque exploitée par l’opérateur Eurolines, a décidé de miser sur la qualité de service, ce qu’apprécient les voyageurs de tous les âges, ... +

Richou à Cholet (Maine-et-Loire)
Esprit familial !
Stéphane et Jean-Francois Richou, troisième génération, ont décidé de travailler au sein de l’entreprise créée par leurs grands-parents. Stéphane ... +

Saviem S53M Luxe
Quelles sensations !
Les cars Saviem S45 et S53 et leur variante urbaine S105 seront fabriqués de 1964 à 1993, soit près de 30 ans ! Le type que nous avons pu tester est ... +

Irizar i3 hybride Low entry
Accessible et économique
L’Irizar i3 hybride est un autocar périurbain à entrée surbaissée doté de 41 + 1 places et 4 assises relevables ou 41 + 1 sièges et 2 emplacements ... +

Année