presentationequipeabonnementboutiquepubcoteContact

N°173 - Octobre 2017 Profession Portrait d'entreprise > Ouibus à Vitry-sur-Seine (94) Nouvelles stratégies Fort de son alliance avec Starshipper et de ses 40 transporteurs-partenaires, Ouibus, filiale autocar de Voyages SNCF, veut se développer davantage sur des destinations en France et en Europe... Sa flotte en propre se compose de 70 véhicules. Il y a deux ans (A & B Infos 155 p. 54) nous avions fait le point sur les perspectives du transport longue distance par autocar (ou services librement organisés) qui ont permis de créer une demande nouvelle de transport. Selon l'autorité française de régulation, Arafer, « La fréquentation totale (sur des trajets en France uniquement) depuis la libéralisation du marché en août 2015 s'élève à 6,91 millions de passagers » (analyse du marché libéralisé des services interurbains par autocar - bilan du 4e trimestre 2016). C'est tout simplement un succès... Et Ouibus, filiale autocar de Voyages SNCF, est le premier opérateur à le reconnaître ! Cet été, ses cars ont transporté 1 million de voyageurs sur 4 500 trajets et 180 destinations, soit neuf fois plus de destinations qu'à l'été 2015. L'opérateur affirme qu'il a transporté à lui seul 6 millions de personnes jusqu'à aujourd'hui. Départs et arrivées au dépôt Direction Vitry-sur-Seine, en région parisienne où se trouve le dépôt principal des autocars et le siège du transporteur : dans le parking une partie des 70 véhicules conduits tous les jours par ses « capitaines », nom original pour désigner ses conducteurs (la flotte compte aujourd'hui 220 cars conduits par 600 capitaines - comprenant les transporteurs-partenaires)... Côté véhicules, il y a des Mercedes Tourismo, Scania OmniExpress, Irizar i6, Setra S 431 DT double étage (utilisés pour les Paris-Londres notamment)... Parcours annuel moyen : au minimum 100 000 km ! Tous sont des cars de grandes longueurs (13 à 14 m en 2 et 3 essieux) aménagés en 49, 57 ou 74 places. Ils sont équipés de sièges grand confort inclinables (revêtements tissu et surcoussinage), wifi, vidéo, prises USB et 220 V, soutes de grande capacité... Il y a aussi des tablettes, des repose-pieds et 75 cm d'espacement minimum entre les sièges. Bref, tout ce que l'on peut attendre d'un car longue distance. Nous voici à bord d'un des véhicules qui s'apprête à prendre son service sur la ligne Bercy-Bruxelles. Notre capitaine dispose d'un téléphone mobile sur lequel il doit consulter une check-list avant chaque départ : vérifications des niveaux (carburant - le plein doit être fait dès l'arrivée du car au dépôt, AdBlue...), propreté, état des sièges, et à l'extérieur, ouverture et fermeture des portes, fonctionnement de tous les feux, girouette... Impacts et rayures sont scrupuleusement notés. Etant donné que l'application fonctionne en temps réel via Internet, la « tour de contrôle » enregistre toutes les données. C'est elle qui va suivre ensuite le véhicule sur son parcours : on ne sait jamais, il peut y avoir un problème de circulation ou même une panne... « La réactivité est essentielle dans une activité comme la nôtre » dit-on au service des opérations (exploitation). Le conducteur reste en contact avec ses collègues de l'exploitation tout comme le ferait un capitaine au long cours ou un pilote d'avion. Tout est prêt pour le départ et ce n'est qu'une fois la check-list validée, que le capitaine a l'autorisation de se rendre à son point de départ. La force des partenaires-transporteurs A ce jour, Ouibus propose à ses clients 2 000 trajets en France et en Europe, ainsi que 180 destinations. Mais la PME transport ne peut, à elle seule, faire rouler ses 70 cars sur l'ensemble de ces destinations. Elle travaille avec une dizaine de partenaires autocaristes en franchise ou en sous-traitance dont Faure et Verdié. En juillet 2016, Ouibus et Starshipper (regroupant une trentaine d'autocaristes), ont annoncé un rapprochement stratégique, la marque Starshipper disparaissant au profit d'une franchise avec Ouibus. Pour Roland de Barbentane, directeur général de Ouibus, ce rapprochement est un véritable tremplin pour l'opérateur : « Nous travaillons avec des transporteurs qui ont une vraie connaissance du métier, ce sont des professionnels qui apportent des connaissances riches qui permettront à Ouibus de se développer et d'offrir encore davantage de destinations à nos clients », précise l'ex-directeur régional de Kéolis. « On va très certainement proposer des destinations vers les stations de ski, pour les vacances de Noël. Cet été, nous avons fait des destinations ??plages'' vers des villes de bord de mer qui ont très bien fonctionné, de même que les festivals de musique... ». A la tête de ses équipes, Roland de Barbentane promet du nouveau à venir, mais côté véhicules, pas de plan de renouvellement des autocars Ouibus pour l'instant ! • François GILBERT OUIBUS Grandes dates • Juillet 2012 - Naissance d'iDBUS, filiale du groupe SNCF, exploitant d'un réseau de lignes d'autocars longue distance en France et en Europe. Achat de 46 autocars Setra et Iveco Bus. Le parc se répartit entre 26 Setra S 416 GT-HD/2 Comfort Class et 20 Irisbus Magelys Pro. Premières destinations : Amsterdam, Bruxelles et Londres depuis la gare de Paris-Bercy et Lille. • De décembre 2012 à août 2015 - Lancement progressif des nouvelles lignes internationales vers Milan, Turin et Barcelone. • Septembre 2015 - iDBUS est rebaptisé Ouibus. Lancement du réseau national à la suite de l'ouvertuere du marché en France : 35 villes françaises sont désormais desservies. • Juin 2016 - Augmentation de capital de 16 M d'€ portant ainsi le capital à 80,5 M d'€. • Juillet 2016 - Rapprochement avec Starshipper. Premier test des lignes éphémères pour la saison estivale • Août 2017 - 180 destinations desservies. 1 million de voyageurs transportés pendant l'été. Photos Gilbert Les S 431 DT de Setra aux couleurs de Ouibus sont surtout utilisés pour desservir Londres. Cette vignette est visible sur les autocars SLO. A bord d'un Irizar i6, le confort est optimal. Pour Roland de Barbentane, directeur général de Ouibus, le rapprochement avec Starshipper est un véritable tremplin pour l'opérateur... « Il s'agit de professionnels qui apportent des connaissances riches et qui vont permettre à Ouibus de se développer ». Le tableau de bord intégrant la console sur l'i6 Irizar carrossé sur châssis Scania est très complet avec rangements, écran et de multiples caméras... Côté sécurité, un dispositif permet d'alerter le conduteur en cas de somnolence ! Une appli sur le téléphone portable permet au conducteur de faire sa « check list ». Cette carte permet de suivre les Ouibus en circulation. Photos Gilbert Embauche : comment ça se passe ? Ouibus est à la recherche de conducteurs qui ont de l'expérience en autocar longue distance préférablement. Il faut savoir qu'après les entrevues, le candidat doit suivre trois jours de formation au siège de Vitry-sur-Seine. Là sont expliqués les « gestes métier », c'est-à-dire les différentes tâches du capitaine y compris avec les clients... Cette partie, appelée « relation client », est capitale selon Ouibus qui voit dans ses capitaines de véritables ambassadeurs de la marque : ce sont eux après tout qui accueillent les passagers, qui vérifient leur billet, parfois leur identité (notamment sur les destinations européennes), les bagages étiquetés Ils sont également responsables des rappels : interdiction de fumer, bouclage obligatoire de la ceinture, renseignements sur l'utilisation des équipements tel que le wifi... Une visite des locaux complète cette formation, qui intègre aussi une intervention du directeur général.