presentationequipeabonnementboutiquepubcoteContact

N°175 - Décembre 2017/Janvier 2018 Matériel Analyse Bilan des cars longues distances - Immatriculations Stabilité en 2017 Les immatriculations d'autocars de tourisme neufs destinés aux lignes régulières d'autocar longue distance restent stables en 2017. Pas d'évolution fondamentale par rapport à 2016 pour le moment de l'avis de plusieurs constructeurs. Cela fera 3 ans bientôt que les services librement organisés (SLO) réalisés au moyen de cars de grand tourisme constituent en France une activité à part entière pour les grands groupes (Transdev-Eurolines pour Isilines, Voyages SNCF pour Ouibus qui a véritablement démarré en 2012, et Flixbus qui n'a pas de flotte de cars) et de nombreux transporteurs privés à travers la France... Au dernier pointage selon l'Arafer (autorité de régulation), il y a au total, 7 grands opérateurs actifs sur le marché (rapport du deuxième trimestre 2017 de l'Arafer). Outre les 3 opérateurs disposant d'un réseau d'envergure nationale (Eurolines-Isilines, Flixbus, Ouibus), 4 opérateurs commercialisent une offre locale et ciblée : Migratour (une ligne touristique), Fréthelle (une navette entre les aéroports de Paris-Roissy et de Beauvais-Tillé), Keolis Sud Lorraine (une navette entre Nancy et la gare de Lorraine TGV) et Jacqueson (une ligne régulière reliant Réthel-Reims-Paris). Flixbus reste l'opérateur qui propose le réseau le plus diversifié, couvrant près de 59 % des 1 297 liaisons commercialisées au total, et assurant la desserte de 154 villes françaises dont 60 en exclusivité. Ouibus et Eurolines-Isilines proposent respectivement 128 et 82 destinations en France. Alors que les opérateurs avaient presque tous procédé à une réduction des fréquences de leurs lignes au trimestre précédent pour s'adapter à une période de moindre activité, le nombre de départs quotidiens a de nouveau augmenté au cours du deuxième trimestre (+ 22 %). Sur les 681 départs quotidiens enregistrés en moyenne ce trimestre (contre 560 au trimestre précédent), c'est désormais Ouibus qui en opère la majorité (55 %), devant Flixbus (30 %) et Eurolines-Isilines (15 %). 6 millions de personnes transportées Pas de doute, depuis l'été 2015, le service s'est développé à toute vitesse. L'année dernière, près de 6 millions de passagers ont emprunté un « car Macron ». Cela dit, quels ont été les retombées sur les immatriculations des cars de grand tourisme, les surélevés étant les principaux modèles utilisés du fait du volume de leurs soutes et de leur confort ? Hélas, si les chiffres de l'Arafer sur les créations de lignes et les villes desservies sont excellents, il n'en demeure pas moins que les constructeurs ne voient pas d'effets en 2017 sur les éventuelles progressions de ventes de surélevés... Explication : le renouvellement des cars n'est pas pour tout de suite. « En trois ans, un autocar de tourisme affecté aux lignes longues distances est encore en bon état, il est ou va atteindre la limite de garantie, bref pour beaucoup de transporteurs, ce n'est pas le bon timing pour changer de modèle », analyse la commission cars et bus de la Csiam (Chambre syndicale internationale de l'automobile et du motocycle). Irizar Autocars a cependant constaté une certaine dynamique cette année : « Chez les transporteurs travaillant avec Flixbus, il y a 48 Irizar qui roulent, tous en i6 dont 27 ont été livrés sur 2017, commente Guénaël Bonneau, directeur commercial France. Chez Ouibus, il y a 75 autocars de la marque, des i6 13 et 14 m confondus, dont 38 auront été livrés fin 2017. Nous commençons à opérer les renouvellements chez les deux opérateurs. Nous terminerons l'année avec 90 unités neuves vendues et livrées : 3 sur châssis Volvo (dont 1 i8), 5 sur base Scania (dont 2 i8), tout le reste en autoportant intégral Irizar ». Volvo Bus France est également satisfait, le 9700 étant le modèle phare pour les cars longue distance. « Dans un segment en recul d'environ 6 %, notre gamme d'autocars de tourisme affiche une progression de plus de 40 %. Nous sommes donc très satisfaits des performances de nos véhicules, y compris en version longue distance. Pour cette application, nous avons choisi de développer une longueur spécifique de notre 9700 (13,46 m en 2 essieux). Nos clients apprécient particulièrement la capacité (53 places) et le volume de soutes (10,7 m3) de cette déclinaison, sans subir le coût des péages d'un véhicule 3 essieux » précise Michaël Lanez, directeur développement des Ventes. Chez Man Truck & Bus, Frantz Perre, directeur de la division bus & car, estime que le renouvellement ne se fera sentir qu'à partir de 2018 pour des livraisons en 2019. « On a pratiquement pas vendu dans cette activité cette année, par contre, avec l'arrivée du nouveau Lion's Coach chez Man et du Tourliner chez Neoplan, nous enregistrons 40 commandes notamment pour assurer l'activité tourisme de nos clients... Il y a 2 commandes pour les SLO ». Les cars seront en 13 m et 2 essieux, aménagés en 51 places et un nouveau pas de siège de 820 mm. Même réaction chez Iveco Bus où « il y a eu quelques unités seulement de Magelys livrés en cars SLO, indique Olivier Michard, directeur commercial de la marque pour les marchés France et Benelux, ainsi que les grands comptes internationaux, les 116 Magelys vendus jusqu'à maintenant ont été surtout destinés à l'activité touristique ». Au salon Busworld, l'intérêt fut très grand pour le nouvel Evadys : « Si la version touristique qui a été présentée sur notre stand cible plutôt des marchés dits ??hors France'', nous avions à l'extérieur un Evadys en 63 places avec porte simple arrière. En le découvrant, beaucoup de clients ont établi un parallèle avec l'Iliade TE. Nous avons également accueilli avec beaucoup d'intérêt le fait que plusieurs clients nous aient demandé s'il était possible d'en décliner une version ??car Macron'' ». Ce modèle, proposé en 12 et 12,96 m, largeur de 2,55 m et hauteur de 3,46 m (avec climatisation), est équipé du moteur Iveco Cursor 9 développant 400 ch et bientôt associé à la boîte ZF TraXon, comme sur le Magelys. Il a pour mission les transferts aéroports ou les séjours linguistiques... « Et donc pour l'instant, cela reste un autocar pour des courtes et moyennes distances », conclut Olivier Michard. Chez Van Hool France, le succès de l'EX 16 (35 unités) et du TX 16 (19 immats) est en partie lié aux « cars Macron » estime Frank Thevissen, directeur Van Hool France. La tendance est aux autocars « deux essieux plutôt que trois » précise le responsable, et plutôt aussi pour « les grandes capacités de type Altano TDX 21, avec entrée UFR à l'avant et 5 places assises au niveau inférieur ». L'EX 16 reste néanmoins le « best-seller » de la marque pour « son tarif et ses équipements » explique Frank Thevissen. Il est par ailleurs doté de 56 places + 1 + 1. Les soutes atteignent 11,3 m2 (version EX 16 M, porte médiane normale + WC). Les immatriculations de cars de tourisme pour un emploi « longue distance » devraient être nettement plus élevées l'an prochain. A suivre. • François GILBERT Volvo Bus, qui avait présenté une version « car Macron » de son 9700, vient de livrer celui-ci aménagé avec une plateforme UFR et une 3e porte pour un transporteur exploitant une ligne Flixbus. Man Truck & Bus a immatriculé plusieurs Lion's Coach, dont le successeur (photo ci-dessous) est très attendu en France en deux essieux. Photos X DR L'Irizar i6 reste le best-seller d'Irizar Autocar France. Il est disponible jusqu'en 14,07 m (châssis autoportant) et plusieurs implantations de sièges. CARS DE TOURISME/LONGUE DISTANCE IMMATRICULATIONS DE JANVIER À OCTOBRE 2017* Le Neoplan Cityliner reste très prisé par les transporteur français pour son confort et son volume. Ci-dessous, le nouveau Tourliner. Commission cars et bus de la Csiam Le nouvel Evadys (à droite) et, ci-contre, le Magelys, best-seller d'Iveco Bus disponible en 12 et 13 m. CARS DE FORT KILOMÉTRAGE Quid de la revente ? Fin 2018, certains autocars longue distance afficheront près de 1 million de kilomètres. La flotte d'autocars longue distance qui devra être renouvelée, sans doute à la fin de l'an prochain, pourrait représenter entre « 100 et 200 véhicules » en France, qui auront parcouru, en moyenne, 250 000 km par année alors qu'ils sont relativement récents (Euro 6). Les constructeurs estiment que leur compteur affichera environ 1 million de kilomètres... Plus difficile sera la reprise et ceci pour plusieurs raisons. La première, ce sont les coûts des réparations, notamment la carrosserie, car les véhicules font du « non-stop » sauf lorsque vient le temps de l'entretien et du contrôle technique... Ensuite, il y aura des coûts pour cause de peinture défraîchie et de rayures visibles. Les équipements intérieurs pourraient être également à remplacer. Les coûts les plus importants seront liés à la chaîne cinématique qui sera à renouveler totalement. Notre analyse sur les autocars à fort kilométrage à la rubrique « Valorisation » vous permettra d'en savoir un peu plus sur le sujet (voir A & B infos 172 et 173). Par ailleurs, il faut savoir que les constructeurs ont, en règle générale, pris des engagements de reprise. Chez Iveco Bus comme chez Setra, les premiers cars aux couleurs « IDBus » (avant que la société soit rebaptisée Ouibus) ont tous trouvé des repreneurs. Les véhicules affichaient 750 000 km en moyenne. - FG Van Hool voit ses immatriculations bondir grâce au succès des TX et EX. Photos X DR