presentationequipeabonnementboutiquepubcoteContact

N°170 - Mai 2017 N°170 - Mai 2017 Constructeur Matériel Matériel Constructeur 16 17 > Indcar à Arbucies (Espagne) Reconquérir la France ! En ouvrant son nouveau bureau commercial à Saint-Hilaire-de-Loulay en Vendée en avril, le constructeur-carrossier Indcar repart à la conquête du marché français où il a vendu plus de 1 500 minicars et midicars depuis 2000. Avoir la main sur la stratégie, innover, réaliser de la vente directe et devenir un partenaire fiable pour le client sont les principales priorités de Gaël Queralt, dirigeant d'Indcar. Il représente la cinquième génération de cette entreprise familiale et... historique ! Etablie en effet à Arbucies depuis 1888 près de Girone (Catalogne), Indcar surplombe la ville de 7 000 habitants. L'entreprise est située dans une région magnifique « hors des sentiers battus » de la Costa Brava : plutôt dans les terres, très boisée et montagneuse, qui regroupe aussi plusieurs acteurs connus de l'autocar tels que Noge, Beulas, Ayats et bien sûr Indcar. « L'entreprise est enracinée dans cette région », raconte Gaël Queralt à la tête d'une société qui fut autrefois le premier carrossier de diligences, puis de véhicules divers de marchandises et de personnes fabriqués en bois. « La société familiale était toute seule ici, mais petit à petit, avec les fournisseurs et des garages aux alentours, d'autres constructeurs nous ont suivi ce qui a bénéficié à l'économie locale et régionale. Je me sens fier de tout cela. J'ai une responsabilité. Etre responsable, c'est d'ailleurs devenu l'une des valeurs d'Indcar aujourd'hui ! ». En plus de ses valeurs, Indcar veut donner une image forte socialement parlant : tous ses salariés sont impliqués dans les projets et, en échange de leurs bons et loyaux services, l'entreprise leur attribue un salaire plus élevé que la moyenne nationale et des heures de travail flexibles... A l'usine, la production démarre sur les coups de 6 h et se termine en début d'après-midi. Autre exemple : on pratique ici un management moderne où les salariés donnent leur opinion et notent même les managers ! Le résultat de ce travail ne s'est pas fait attendre : de nombreux trophées dont celui de Microbus de l'année 2017 en Espagne pour son Next L7, puis ceux de Midibus de l'année 2015 pour le Next, et en 2013, pour le Mago 2 et en 2012 pour le Wing. Ce ne sont là que quelques exemples. D'autre part, la société est devenue Mercedes Vans Partner et surtout Busmaster d'Iveco Bus ! Santiago, l'innovateur Santiago Queralt, père de l'actuel dirigeant, était un visionnaire : pour ne pas faire la même chose que tout le monde, il lance, en 1992, le projet du Mago 1 sur châssis Iveco 59.12. « C'est un 25 places dont la carrosserie est très inspirée des Pontiac Chevrolet. Il adopte de grandes vitres passagers, une porte avant et un grand pare-brise comme un autocar de tourisme, ainsi qu'un capot effilé d'une belle finition, poursuit Gaël Queralt, avec un bloc optique de chaque côté... Une prise d'air discrète pour son moteur avant de 120 ch et voilà un minicar bien différent de ses concurrents ! ». C'est immédiatement le succès car cette nouveauté séduit d'abord les transporteurs espagnols puis, de l'autre côté de la montagne, en France, un certain Gilles Hervouet... « Papa disait toujours : il faut exporter, allons-y, alors ce fut le début d'Indcar de l'autre côté de la frontière, on l'a fait avec Gilles ». Gilles Hervouet lance Ouest Industrie Autocars sur ses terres vendéennes et s'entoure de solides collaborateurs dont Michel Loiret et Antoine Allemand. Tour à tour, Ouest Industrie est présent dans moult salons européens et français (Busworld et le Mitcar respectivement) au point que durant vingt ans, le distributeur vendra 1 500 Indcar en France !  Troisième industriel en importance dans le domaine de la construction de véhicules de transport de personnes en Espagne, juste derrière Irizar et Castrosua, Indcar réalise 76 % de ses ventes à l'export. Indcar est présent en Italie (où il a implanté un bureau commercial en 2013), dans les pays scandinaves, au Royaume-Uni, en Allemagne (avec des commerciaux et des distributeurs), sans oublier la France où la marque a été représentée hormis Ouest Industrie Autocars, par Hervouet Corporate Industrie (HCI) et VehiXel. Bureau 100 % Indcar Avec un bureau commercial en France désormais, appartenant à 100 % à Indcar, l'activité de vente a déjà commencé, les commandes grimpent... « Nous voulons offrir un service direct et meilleur à tous nos clients en France, ceci grâce à une équipe consolidée et expérimentée sur les ventes et le service pour les minicars. Aujourd'hui, nous avons la structure : un local, des véhicules prêts à être livrés, un stock de pièces détachées et un service après-vente ». Il faut dire que l'équipe de Gaël Queralt n'est pas restée les bras croisés : sont maintenant bien intégrés dans ces marchés dits « stratégiques » le Wing (un 22-33 places tourisme et interurbain), qui est le best-seller de la marque à ce jour, le Mago (27-34 sièges tourisme), le Strada (16-22 places proposé dans tous les segments), ainsi que les derniers-nés, le Mobi (22-33 places) pour le marché scolaire en France et le Next (4 longueurs : 7,70 m, 8,66 m, 9,39 m et 10,09 m en 34-43 sièges) en tourisme, interurbain et scolaire... Ils sont surtout proposés sur châssis Iveco Daily, mais il y a aussi du Mercedes Sprinter et du châssis Man (pour le Next). Nouvelles usines Pendant ce temps, projets d'agrandissements et de développements bousculent le siège d'Indcar. Après l'aménagement d'un nouveau site de production situé en flanc de colline à Arbucies, il est temps de réfléchir à l'avenir et surtout de devenir plus compétitif : « Cela n'a pas été simple, surtout après la crise de 2009 qui nous a frappés de plein fouet en Espagne, commente Gaël Queralt, alors on a donc complètement revu notre stratégie ». Dans un second temps, il acquiert la société Almotrans, à Arbucies, un fabricant de pièces pour véhicules de transport de personnes et de trains. Puis, direction l'Europe de l'Est. Un terrain a été acheté il y a quelque temps en Roumanie. Et voilà un nouveau projet d'usine lancé sous le nom d'Indcar Bus Industries qui voit le jour à Brasov, non loin de Bucarest, la capitale. Avec ses 2 bâtiments sur un terrain de 35 000 m², cette usine est chargée de fabriquer le Mobi. « A Arbucies, on produit les véhicules de tourisme et haut de gamme, à Brasov, les véhicules pour le scolaire et l'interurbain » précise Gaël Queralt. Des outils modernes pour consolider son avenir... Indcar est désormais prêt pour reconquérir le marché français avec des produits totalement adaptés aux besoins de ses clients de l'hexagone. Mais ce n'est qu'une première étape... • François GILBERT Avec la récente ouverture du bureau commercial en Vendée, Gael Queralt, dirigeant d'Indcar, entend reconquérir le marché français. Indcar en chiffres • 300 salariés • 3 sites : 2 à Arbucies (dont Indcar Almotrans), 1 à Brasov (Indcar Bus Industries Roumanie) • 2 filiales c ommerciales : Italie et France • + de 30 distributeurs en Europe • 500 véhicules produits par an • 5 modèles (Strada, Wing, Mobi, Mago et Next), plus de 80 versions et de multiples options pour couvrir les besoins des clients • 32 M€ de CA Infos : http://indcar.fr Ci-dessus, l'étape d'assemblage des panneaux en polyester. Ils sont en aluminium pour les soutes. Indcar a été autrefois le premier carrossier de diligences, puis de véhicules divers de marchandises et de personnes fabriqués en bois. Photos ci-dessus et ci-dessous : le Mobi scolaire sur châssis Iveco Daily. Destiné à la France, il peut transporter jusqu'à 33 passagers. Photos Gilbert. Ci-dessus, le Mago 2 en version « City Tour » avec pavillon. Le Next est proposé en 7,70 m (Next L7), 8,66 m (L8), 9,39 m (L9) et 10,09 m (L10) et trois châssis selon la longueur choisie (Mercedes Atego, Man N14 4850 ou encore Iveco CC100 4185 et CC150 4815. Photos X D.R. Indcar a remporté de nombreux trophées dont celui de « Microbus de l'année 2017 » en Espagne pour le Next L7.