presentationequipeabonnementboutiquepubcoteContact

N°184 - Décembre 2018/Janvier 2019 Portrait d'entreprise DMA Dupasquier Autocars à Pont-à-Mousson (54) Entreprise dynamique ! Située entre Metz et Nancy, Dupasquier Autocars est une des sociétés historiques en transport de voyageurs et tourisme de Meurthe-et-Moselle. Elle nous a ouvert ses portes... Il faudrait sans doute plusieurs pages pour raconter toute l'histoire de Dupasquier Autocars, car oui, l'entreprise est ancienne ! L'année de sa création remonte à 1921, lorsque la famille Dupasquier, installée à Bouligny (Meuse), doit répondre à la demande de transport, essentiellement des ouvriers. Il y a alors un nombre incroyable de mines de fer, notamment dans le nord meurthe & mosellan. La sidérurgie y est la principale activité. Trois générations se succéderont dans l'entreprise de TRV, jusqu'à ce que Didier Margouët (père de l'actuel dirigeant de DMA Dupasquier Autocars) Jonathan et ancien de chez Piot, reprenne l'affaire en 2001... « Mon père se retrouve à la tête d'une société plutôt mal en point. Il y a 20 cars vieillissants, 35 chauffeurs, explique Jonathan Margouët, je venais tous les samedis avec lui, à l'époque, nous étions encore Bouligny... J'ai commencé à nager littéralement dans le car, c'est devenu ma passion... ». En 2002, c'est la surprise pour Didier Margouët qui souhaite développer Dupasquier... La société obtient le marché de transport urbain de Pont-à-Mousson, là où par la suite on établira le siège social : « A ce moment-là, l'entreprise prend un nouveau virage stratégique dans son développement, poursuit Jonathan, mon père se démène pour trouver des bus d'occasion, certains viendront de Castres, d'autres de Strasbourg ». Roulent alors dans les rues de Pont-à-Mousson des Saviem SC10 et des Renault PR100. En 2006, Dupasquier transfère son siège social à Maidières, à quelques mètres à peine de Pont-à-Mousson. Mais cela ne satisfait pas Didier Margouët, qui pense que son entreprise « peut encore mieux faire ». « Mon père, ce n'est pas le genre à se tourner les pouces. Il bouge tout le temps. Il rencontre les bonnes personnes, du moins celles qui lui font confiance, fuient les autres ». L'entreprise connaît une croissance importante du fait de l'obtention de nouveaux contrats ou de leur renouvellements sur 3 départements de la région. Une croissance rapide, mais qui tombe lors d'une période de crise entre 2009 et 2011 qui font souffrir l'entreprise : « Nous aurions pu basculer à cette période là, très clairement, lâche laconiquement Jonathan, La perte d'un contrat important nous a obligé à refonder des bases solides, à régler certaines problématiques pour repartir de l'avant ». C'est chose faite dès 2013 avec l'obtention d'un marché conséquent en Meurthe et Moselle. La passation Entre temps, Didier Margouët veut passer la main. Jonathan, présent dans l'entreprise depuis 2005 a déjà pas mal d'expérience dans le domaine du TRV, ayant (presque) tout fait, y compris exploitant, sauf conduire ! « En 2012, mon père me demande si je veux bien prendre le relais pour deux des trois pôles du groupe, voyageurs et tourisme (dont TPL Voyages), en ce qui me concerne, et il confie l'activité de transport sanitaire et des taxis (l?autre grande activité de Dupasquier) à mon frère, Romain. J'ai mon bac en poche et mon permis D, il ne me reste plus qu'à obtenir la capacité, ce que je fais à l'Ifrac, et je réussis du premier coup à l'examen de 2012 ». S'en suit une drôle de passation de pouvoirs, peut-être bien la plus longue journée de Jonathan : « Nous sommes en août et nous devons impérativement être prêts pour la rentrée scolaire. Mon père change de voie et acquiert un hôtel aux Antilles et me demande de l'accompagner à Orly...». Mais l'histoire ne s'arrête pas là : « Je fonce à l'aéroport, je rentre, et là je réalise que je suis tout seul pour pendre les décisions ! Mon premier baptême du feu fut de préparer la rentrée scolaire, alors que certains véhicules n'avaient pas encore été livrés ! » Heureusement, tout se passe bien, les 70 véhicules sont prêts pour le jour « J » ! C'est aussi grâce à l'ensemble de mon équipe : administratif et conducteurs que nous sommes là aujourd'hui. Depuis, l'entreprise a diversifié son parc, spécialisé davantage ses activités (au transport urbain s'ajoute celui du transport à la demande), poursuivi « l'oeuvre de son père » : « Un bel exemple de ce qu'il a fait pour Dupasquier est de créer, grâce au ministère luxembourgeois des Transports et au transporteur Emile Weber, la ligne express par autocar France-Luxembourg entre Piennes et Luxembourg Gare. En France, une telle demande était impossible à réaliser ! Il a fait ça parce qu'il y avait un réel besoin car matin et soir, des Français faisaient l'aller-retour en voiture pour travailler ou faire leurs courses. Aujourd'hui la ligne va bien, le taux de remplissage est de 70 % ». Emille Weber a 6 cars pour cette ligne et Dupasquier 2. Solutions de recrutement Comme d'autres entreprises du TRV, Dupasquier Autocars rencontre des problèmes de recrutement, ce qui a fait réfléchir Jonathan Margouët. Il a trouvé des pistes intéressantes. Il teste plusieurs choses dont l'apprentissage. « Nous y revenons. En mécanique, par exemple, on a deux jeunes d'un Lycée professionnel local, c'est encourageant, avec de l'encadrement, ça devrait donner de bons résultats ! » Par ailleurs, l'embauche de conducteurs, qui reste elle aussi très délicate du fait de la proximité du Luxembourg (avec des salaires de l'ordre de 2 400 ? net) et de gros opérateurs urbains (Metz et Nancy) est également une réflexion : la région Grand Est a élaboré un plan et réussi à attirer des demandeurs d'emploi. DMA Dupasquier a déjà embauché 12 conducteurs à temps plein cet automne grâce à ce partenariat Entreprise/Pôle Emploi/Région Grand Est et en embauchera 8 nouveaux début 2019 qui sont actuellement en formation Titre Pro, sans passer par la case Contrat de Sécurisation Professionnelle (CSP). Du positif estime le chef d'entreprise François GILBERT Jonathan Margouët a repris le pôle voyageurs, tandis que son frère, Romain, dirige le transport sanitaire et les taxis. Photo du haut : des Man Intercity. Photos Archives Dupasquier Le premier Irisbus Evadys HD de l'entreprise, aux couleurs de la ligne France-Luxembourg en 2006. Avec le rachat de Dupasquier en 2001, il y a ce S 216 HDS, un super car de Setra-Kässbohrer. Rappelons que la série 200 fut produite de 76 à 95. Photos Gilbert De gauche à droite, un Neoplan Tourliner en essai dans l'entreprise, un Van Hool Altano, et à ses côtés, 2 Man Lion's Coach. Des couleurs et logos spécifiques ont été adoptés pour les véhicules de tourisme. À bord d'un des Man Lion's Coach affecté au tourisme. Photos Gilbert Le site de Pont-à-Mousson dispose d'un grand atelier intégré avec des fosses. Ci-dessous, cette conductrice écoute les explications sur le Tourliner. DMA Dupasquier Autocars possède également une flotte de minibus : des Iveco Bus Daily et ci-dessus, des Mercedes-Benz Sprinter carrossés par Durisotti. DMA DUPASQUIER Les chiffres, en bref • 3 pôles d'activités : - Transport de voyageurs avec DMA Dupasquier Autocars - Transport sanitaire : Dupasquier ambulances et Berardi ambulances - Voyages : TPL (Toujours Plus Loin) Voyages • 150 salariés • 80 autocars dont 70 % de Man • 8 cars de tourisme et GT • 40 véhicules légers : ambulances, VSL, taxis, voiture de tourisme, minibus 9 places • 3 entreprises de transports sanitaires réparties entre Thionville et Nancy • 5 sites à travers la région (Maidières, Pont à Mousson, Jarny, Piennes et Thionville) • 1 agence de voyage (TPL Voyages) à Pont-à-Mousson • 1 agence de voyages spécialisée dans la conception et réalisation de voyages linguistiques (TPL Voyages, Voyages scolaires à Maidières