presentationequipeabonnementboutiquepubcoteContact

Décembre 2019 / Janvier 2020 | A&B Infos 193 matériel A&B Infos 193 | Décembre 2019 / Janvier 2020 Avec et sans fil ! L'Iveco Bus Crealis In-motion-charging peut être exploité en mode trolleybus et en « full électrique » sans aucun contact filaire. Des perspectives très intéressantes notamment pour Limoges Métropole qui a acquis 3 Crealis. Limoges est comme deux autres grandes villes françaises, Lyon et Saint-Etienne, très « trolleybus » comme on dit dans la profession... Un « plus », en ces temps où ce territoire de 208 000 habitants doit rouler propre et penser à l'après diesel. « C'est déjà acté », estime Gilles Bégout, vice-président en charge des Transports, qui évoque « du transport de personnes avec des bus 100 % électriques » pour 2025. Un curieux stratagème, puisque Limoges Métropole, avec sa flotte de 31 trolleybus sur 131 véhicules au total (en ce qui concerne les trolleybus, ce sont essentiellement des Iveco Cristalis et quelques Hess) a déjà « tout ce qu'il faut » évoquent les experts pour poursuivre son vaste plan de transport en mode zéro émission... Les trolleybus d'Iveco Bus In-motion-charging, qui peuvent rouler avec ou sans contact filaire en mode électrique (12 à 15 km en « full électrique ») constituent une avancée technologique sans précédent. Des Crealis IMC BHNS Limoges Métropole a choisi des Crealis In-motion-charging en version bus à haut niveau de service, ce qui signifie que les passagers voyagent avec un niveau de confort élevé : cet articulé de 18,40 m d'une capacité de 140  personnes est aménagé avec des voussoirs pour plus de clarté, de l'infos voyageurs... Et pour le conducteur, d'un grand écran pour surveiller les entrées et sorties (le Crealis dispose de 4 double porte) en plus d'un autre pour le service. Sur le circuit emprunté à titre de démonstration, nous avons suivi celui de la ligne 4 (Nord-Sud de quartier de Montjovis à celui de Saint-Lazare) d'une longueur de 6 km. Les Crealis desserviront la ligne la plus fréquentée (1,6 million de personnes transportées en 2018) composée de 17 arrêts. Autonomie importante Chose intéressante, les bus roulent sans contact filaire pendant 2 à 3 km environ. On ne sent aucunement l'interruption entre le mode filaire et full électrique. Pour faire avancer cet articulé de 30 t de PTAC, Iveco Bus en collaboration avec le tchèque Skoda Electric, a travaillé sur de nombreux points, parmi lesquels : Une technologie In-motion-charging (avec charge en mouvement), entièrement électrique, sans boîte de vitesse, sans moteur thermique ; Une alimentation électrique par 2 perches reliées au réseau aérien, le tout compatible avec réseau haute tension 600 ou 750 V ; La récupération de l'énergie au freinage ; Un moteur électrique de traction asynchrone triphasé sans balai, refroidi par air, d'une puissance nominale de 250 kW (couple : 3 300 Nm) ; Fonction ralentisseur et ASR intégrés ; Une position déportée (indépendant du pont) dans le porte-à-faux arrière gauche. Concrètement, comment sont équipés les Crealis de Limoges pour rouler en full électrique ? « La capacité des batteries des Crealis (on entend par là l'énergie embarquée) est de 55 kWh (puissance nominale) » explique Iveco Bus. « On utilise 70 % maxi de cette énergie totale en exploitation ». Quant à la puissance, « elle est de 150 kW » (puissance délivrée instantanément au moteur), ce qui garantit une mobilité en mode batterie proche de celle en mode perche dans la majorité des situations d'exploitation » conclut Iveco Bus. Somme toute un véhicule qui apporte une solution intéressante dans le domaine filaire / non filaire. François GILBERT Photos Gilbert Constructeur - Des Iveco Bus Crealis IMC à Limoges Métropole Les Crealis In-motion-charging, en bref Les 3 nouveaux véhicules Crealis In-motion-charging ont été conçus autour de quatre grands principes. Qu'il roule avec des perches ou sans contact filaire en full électrique, le Crealis est déjà un « zéro émission ». Il a comme avantages : Une mobilité zéro émission sans compromis sur l'autonomie journalière, ni sur le confort thermique (comme on le sait, très énergivore) ; Il peut s'affranchir des lignes aérienne en mode batterie (environ 12 à 15 km d'autonomie) pour couvrir la distance entre le dépôt et le terminus ou pour faire face aux dérivations de circulation, mais aussi simplifier des infrastructures au terminus pour le retournement et facilitée la traversée des centre historiques ; Le rechargement des batteries se fait de manière efficace, car celles-ci sont rechargées en mode filaire et en mode autonome, lors des freinages ; on ne perd donc pas de temps d'exploitation pour recharger les batteries ; Les sollicitations sur le réseau électrique sont réduites puisque la consommation est lissée sur la journée.